L'objectif de la loi de renforcer les droits de consommateurs, mais qu'en est il des commerçants ?

Il y a un effet pervers de la loi sur l'achat dont la valeur numéraire du panier est faible par rapport aux frais de port. Imaginez le cas suivant :

Un client commande un article à 16 € et il a 8 € de frais de port. Il ne souhaite pas ce produit, vous devez donc lui rembourser 24 € et 8 € supplémentaire pour le port retour.

On va dire que le commerçant marge à 50%.

  • S'il choisit de récupérer le produit, il va perdre 8 € de port aller et 8 € de frais de retour, soit 16 €.
  • S'il dit au client de garder le produit et qu'il le rembourse, il va perdre 8 € de portaller, 8 € de marge sur le produit, soit 16 €.


Que faire avec les produits à faible coût ?

La solution est bien sûr d'intégrer des frais aux calculs de marge, mais l'on arrive aux effets pervers de la loi. Un client peu scrupuleux commande des produits à moins de 10-15 € et vous dit qu'il ne les veut plus. Qu'allez vous faire ? Récupérer les produits et perdre de l'argent ou lui laisser les produits et en perdre moins ?

Il me semble que la loi Châtel va faire disparaitre des boutiques en ligne les produits dont le prix d'achat ou de fabrication est inférieur aux frais de port, sauf prise de risques supplémentaire pour l'e-commerçant !